Le mythe 205 GTi

Véritable fer de lance de la gamme 205, la version GTi va considérablement rajeunir l’image du lion et du coup booster encore plus ces ventes. Très prisée par les jeunes cadres dynamiques, elle va pleinement profiter de l’engouement des Français pour les « petites bombes » , une mode initiée par la Golf GTi en 1975. Une catégorie qui va passer de 32 000 immatriculations en 1981 à 56 000 exemplaires deux ans plus tard dont 34 % pour la seule 205 GTi.

La 205 GTi correspondait parfaitement à une époque ou la société était en pleine mutation, ou l’auto était symbole de plaisir, de démocratisation, ou l’on faisait de la puissance le principal argument de vente, ces années fric ou l’extravagance était de mise. D’ailleurs, les agences de pub n’hésitaient à nous concocté des spots publicitaires à la James Bond, pour nous vendre des 205 GTi !Ah les années 80…..

Plébiscité en France, mais pas que, trente ans après le début de sa carrière (février 1984), la 205 GTi reste et restera un modèle mythique qui malgré son grand âge n’a pas pris une ride, une qualité que d’autres youngtimers peuvent lui envier. Tellement mythique que Peugeot à décidé de nous re-sortir le sigle GTi avec la 208, nostalgie quand tu nous tiens…

Peugeot_205_GTI

Ce qui fait son charme, c’est d’abord son look, car contrairement à son homologue la Renault R5 Gt Turbo, elle se veut plus bourgeoise moins tape-à-l’oeil, plus dans la mesure. Voyez-vous même, prenez une 205 classique, modifier la hauteur de caisse, rajoutez-lui des passages de roues gonflées prolongés-les par un liseret rouge faisant le tour de la voiture, deux optiques longue portées jaunes façon 205 turbo 16, puis chausser la de superbes jantes alu, secouez et vous obtenez une 205 GTi qui respire la sportivité tout en restant dans la sobriété.

205-1l6-010

L’habitacle fait également cet habile mélange entre sobriété et sportivité, moquette rouge, siège semi-baquet, volant trois branches avec un gros sigle GTI, un compte tours pour apprécier la montée en régime du moteur et très peu d’insonorisation, histoire d’entendre la lionne rugir. Pour donner vie à cet ensemble, il va de soi qu’il lui fallait un ramage qui soit à l’image de son plumage.

D’abord proposé par un correct, mais un peu juste le vaillant 105 ch (1,6l) il était toutefois possible d’augmenter la puissance à 125 ch avec le kit PTS, la firme sochalienne va dès 1986 lui rajouter 10 ch pour atteindre 115 ch avant de lui glissé au chausse-pied le brillant 1905 cm3 de 130 ch qui faisait jusque-là des merveilles dans la Peugeot 309. Quelle diabolique (bonne) idée de la part du lion!

i-205gti_1993_01

À partir de là, tout change, la vitesse de pointe dépasse les 200 km/h, la 0 à 100 km/h se fait désormais en 8,2 secondes! La 205 GTi c’est surtout un comportement routier incomparable, un train avant d’une redoutable efficacité associé à une direction instinctive qui réagit à la moindre sollicitation de son conducteur.

Si le train avant se révèle efficace, celui de l’arrière se veut plus joueur, cependant il ne faut pas trop la poussée dans ces limites au risque de ce retrouver à contre-sens, voir dans le bas coté. En respectant les limitations de vitesse même plus, la 205 GTi ne risque pas de vous jouer un mauvais tour, elle colle à la route!

dsc_0126-3

Pour étoffer la gamme la 205 GTi devient CTi, une version cabriolet qui sera disponible à partir du 6 mars 1986. L’étude confiée à Pininfarina débute en mai 1983, celle de l’industrialisation en janvier 1984. Le poids de la coque et un arceau de sécurité améliorent la rigidité de torsion. Commercialisée d’entrée avec le 1,6 l de 115 ch, la version cabriolet ne recevra jamais le 130 ch du fait de la rigidité moindre de la caisse du cabriolet. La production s’arrêtera au début de l’année 1994.

205 gti

Pour terminer cet article, la 205 GTI 1,9 l sera décliné en une série limitée “Griffe”, produite à seulement 3000 exemplaires. Le principal intérêt se situe dans sa teinte verte métallisée et de ces sièges cuir noir complété par de belles surpiqures vertes en lieu et place du rouge habituel. Elle reçoit l’ABR (l’ABS de Peugeot), des rétroviseurs chauffant, ainsi que de belles jantes alu noires.

205_gti_griffe_2La version “Griffe”

Les évolutions

 

Février 1984-Présentation de la 205 GTi 1,6 105 ch.

1985- Ajout d’un kit PTS portant la puissance à 125 ch. Nouveaux commodos et dessin des compteurs.

Janvier 1986- Le 1,6l est désormais proposé à 115 ch, le 105 ch sera encore disponible au catalogue jusqu’à la fin de la même année. En septembre la 205 GTi reçoit le 1,9 l 130 ch de la 309.

1987- Nouvelle planche de bord et garnissage intégral des panneaux de portes uniquement sur les modèles haut de gamme, à partir de juillet. Le becquet et le volant changent de forme.

Juillet 1987- Nouvelle boite de vitesse BE3 à la place de la BE1 et changement des motifs de sièges ( la teinte principale passe du gris au noir).

Juillet 1990- Les clignotants deviennent blancs à l’avant et à l’arrière le dessin est modifié. Le tableau de bord passe du gris au noir. La version 1,9 l reçoit un verrouillage centralisé à distance et une alarme d’oubli d’extinction des feux.

Juillet 1992- La version 1,6 l de la 205 GTi est arrêté et la 1,9 l est dorénavant catalysée faisant diminuer la puissance à 122 ch.

Janvier 1994- Fin de la production pour la France.






You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge