A la découverte de l’atelier d’emboutissage

 

 

Connaissez-vous le processus de fabrication d’une voiture? Pour moi ce n’est pas un vide car j’ai déjà visité plusieurs fois le site de Sochaux. Et quand j’en parle à des amis  ils me disent toujours qu’ils aimeraient bien le visiter pour voir comment on fabrique une voiture, que cela doit être intéressant à voir.

Alors, je me suis dit aujourd’hui tiens je vais faire découvrir à mes lecteurs le processus de fabrication d’une voiture.

Bobine de tôle

Et l’aventure débute par l’atelier d’emboutissage, là où les pièces prennent vie. C’est un atelier impressionnant composé d’énormes presses qui découpent et emboutissent la tôle pour obtenir la forme souhaitée. A Sochaux l’atelier d’emboutissage consomme chaque jour 750 tonnes d’acier.

À l’emboutissage, le parcours de la bobine de tôle commence au train de découpe. Elle est placée en amont du train puis est déroulée jusqu’à un outil de découpe qui lui donne la forme souhaitée – appelé flan– puis, ce flan est empilé sur une palette.

Lorsque la palette est pleine, elle est évacuée par un cariste qui la place dans une tour de stockage.

Outil de découpe

 

Ensuite ces palettes de flans sont placées dans des presses de taille plus ou moins importantes suivant les pièces produites. Lorsque la palette est entrée dans l’installation, les flans sont dépilés puis transporter automatiquement jusqu’au premier outil –appelé embouti -qui donne la forme souhaitée ( on peut comparer ça à un moule) suivent les étapes de découpage, de pliages et de poinçonnage.

Presse transfert

 

Presse transfert à pince

Il existe plusieurs types de presses et de mode de transport de pièces, les lignes de presses peuvent être robotisées, ou équipées d’un transfert à pinces ou à ventouses. Les cadences de ces lignes varient suivant la technologie utilisée et la pièce fabriquée, en moyenne les cadences se situent entre 8 et 17 coups par minute.

Lorsque la fabrication de la pièce est finie, elle est rangée par des opérateurs dans des conteneurs spécifiques, des conteneurs qui seront ensuite entreposés dans des magasins avant de partir dans l’atelier de ferrage où les différentes pièces seront assemblées.

Cariste évacuant les conteneurs pleins

Pour conduire ces installations de presses, ce sont deux opérateurs appelés C.I. pour conducteur d’installation qui s’en charge aidés par un ou plusieurs contrôleurs qui en plus des rangeurs surveillent que les pièces finies ne présentent aucun défaut avant d’être envoyées au ferrage.

Pour compléter cet article, j’ai trouvé sur YouTube une vidéo qui illustrera mes propos.

Voulez-vous que je continue cette thématique en vous présentant le ferrage?

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge