Un après-midi au musée de l’Aventure Peugeot

 

Aujourd’hui 20 mars je suis allé faire une petite balade du coté du musée de l’aventure Peugeot à Sochaux. Cela faisait au moins 4 ans que je n’y était pas retourné. Mais, avant de vous faire le résumé de ma visite, je vais vous faire un petit historique du musée surtout pour ceux qui ne connaissent pas encore ce musée.

Tout commence en 1982 lorsque Pierre Peugeot alors président du Conseil de Surveillance du groupe PSA Peugeot-Citröen, crée l’association l’Aventure Peugeot dont l’objet est de collecter et d’animer tout ce qui constitue le patrimoine d’une famille et d’une société. En 1984 le musée, doté d’un important atelier de restauration, est construit près de son site industriel historique.

Fort de ce patrimoine, il est décidé d’exposer tout le savoir-faire de centaines de milliers de salariés qui travaillent et qui ont travaillé pour les différents produits frappés de la marque du lion depuis deux siècles à travers un musée qui reprendra le nom de l’association crée en 1982. C’est alors qu’en juillet 1988 est inauguré le musée de l’Aventure Peugeot. Fort d’un succès qui s’amplifie d’année en année, le musée s’agrandit en juin 2000 en triplant ces surfaces d’exposition et de réception. A l’occasion des 200 ans de la marque, 1500 m2 de surfaces supplémentaires seront construits passant le nombre de véhicules de 95 à 130.

C’est plus de 1 600 000 visiteurs qui ont découvert le musée depuis l’origine

Quoi de neuf depuis ma dernière visite ?Le principal changement est donc l’extension de 1500 m² nouvellement crée avec sa fosse au lion consacrée aux véhicules sportif. De plus l’aménagement à été changé, il y a un espace dédié à la série 05 avec l’entrée du coupé et cabriolet 504 et les trois véhicules de luxe « Eclipse » des années 1930, c’est-à-dire la 601, 402, et la 401.

 

La 601 Eclipse

La 401 Eclipse

Pour moi la vraie nouveauté est l’apparition des véhicules utilitaires dans l’extension, qui si mes souvenirs sont exactes n’étaient pas exposés auparavant. Du coup on y retrouve la Type 10 « Break 7 places » , le Camion Type 64,le Camion Type 1525, la  201 T Boulangère , le SK3 Boulangère, la 202 UH Limousine commerciale, le Camion DMAH, la  203 Fourgon tôlé U8, la 203 Limousine commerciale C5, le D4A Fourgon vitré, le J7 Bus 13 places, le J9 Fourgon adapté en ambulance, la 404 Pick-up bâché U10, la 505 Break 4×4 Dangel et le J5  4×4 qui sont joliment restaurées. De plus les modèles exposés n’étaient pas des versions de série de Mr Tout le Monde, modèles de pompiers, ambulance, militaire, bus sympa!

J5  4×4

Le Type 1525


La RCZ était là aussi dans sa version série et hybrid 4 cette dernière avec ces stickers elle déchire. La plus surprenante c’est la 4007 holland&holland ( non pas françois) intérieur cuir taurillon ébène et vert à double piqure sellier sur la planche de bord et, l’aileron de la 405 Pike’s Peak ….. énorme! Et puis un florilège de modèle des années 1890 ( d’Armand et des Frères Peugeot) aux années 1920. Des versions rares, unique dont je ne connaissais pas l’existence et qui sont superbement restaurées.

 Le RCZ Hybrid 4

4007 Holland&Holland

 

405 Pike’s Peak

 

Ce que j’ai aimé pendant la visite, c’est peut-être bête mais, cette atmosphère Peugeot, des outils, des vélos, des cyclomoteurs, des espaces thématiques ( sport, époques, famille, prototypes, etc…) accompagnés des affiches publicitaires d’époque.

La fosse au lion

Espace vélo/cyclomoteur

 

Ce que je regrette, le manque de concept car, ceux présent aujourd’hui était de « vieux » concept car comme la 407 elixir ou la 206 escapade par exemple. Dommage que les derniers concept n’est pas été présent seul le roadster électrique fabriqué pour les 200 ans de la marque était présent.

Lors de ma dernière visite, il y avait la 206 « cabossé » de la pub, vous savez cette pub ou le mec il a une photo d’une 206 et grâce à un marteau et un éléphant il arrive à transformer sa voiture en 206 (toute cabossé) pour  craner au volant, à vrai dire en vrai elle est bizarre. Egalement il y avait aussi la dernière 307 produite à Sochaux, recouverte de photos des salariés de l’usine.

Ce qu’il faut savoir c’est que l’exposition tourne, certaines voitures sont retirées au profit d’autres, ben tant pis pour moi! Mais c’était un chouette moment passés dans un endroit unique. Pour ma prochaine visite, j’aimerais bien aller à Hérimoncourt, là où sont entreposés tous les autres véhicules du musée. J’avais vu un reportage à la télé, plutôt impressionnant. Je vais essayer de contacter le musée et je vous tiens au courant.

 

D’autres photos de ma visite sont disponible dans ce diaporama, n’hésitez surtout à me laisser vos commentaires!

Si vous aussi vous voulez nous parler de votre voiture de collection cliquez ici

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge