La Peugeot 206 WRC quatorze ans après….

  

 

Cela faisait treize ans que Peugeot avait quitté les pistes poussiéreuses des rallyes, déserté après un titre mondial et dicté par la suppression du groupe B. L’arrivée de la petite dernière de  chez Peugeot en l’occurrence la 206 va ressusciter chez certains dirigeants de la maison Peugeot, l’espoir d’un retour sur les routes du Championnat du Monde. Il faut avouer que l’échec du constructeur sochalien à s’imposer en F1 va contribuer grandement à favoriser ce retour.

Mais voilà en treize ans la discipline à bien changé, tout d’abord il est devenu WRC pour World Rally Cars, la puissance des voitures est dorénavant limitée à 300 ch (avant en groupe B il n’y avait pas de limite) secondo, il y a l’apparition de l’électronique, fini l’embrayage au pied maintenant il est séquentielle, il y a aussi la gestion des suspensions, etc etc….

Des changements que l’équipe de Peugeot Sport saura relever.

Clin d’oeil de l’histoire ou pas, la Peugeot 206 WRC débutera sa carrière au Tour de Corse 1999 là où son ainée avait débuté 15 ans plus tôt.

Et comme son illustre prédécesseur, elle se doit de posséder une déclinaison « civilisée » pour homologuer sa participation, c’est ainsi qu’une version GT (sur base de 206 S16) voit le jour.

Facilement reconnaissable grâce à ces boucliers rallongés et ces extensions d’ailes, (cette allure bodybuildée sera même vendue sous forme de kit pouvant être adapté sur n’importe quelle 206, un jouet pour pilote du dimanche).

Sous le capot on y trouve un 2 litres développant 137 ch. Une allure moins tape-à-l’oeil que sa devancière (la 205 turbo 16) mais, tout de même facilement identifiable (voir photo ci-dessous).

Développé par Michel Mandan transfuge de Toyota, la Peugeot 206 WRC sort des ateliers de Vélizy en novembre 1998. Six mois seront nécessaires pour la mise au point, pour ne rien laisser au hasard, car le constructeur ne doit pas se rater, elle doit faire aussi bien voir mieux que sa devancière et contribuer à façonner l’image de la Peugeot 206, comme cela avait été fait avec la 205.

Le baptême de feu interviendra donc au Tour de Corse 1999 puis, après quelques kilomètres le verdict tombe, la 206 est compétitive, elle se paiera même le luxe de  réaliser un temps scratch avant d’abandonner. Pas mal pour une première! Vivement la suite.

 

La Peugeot 206 WRC sur les traces de la mythique 205 Turbo 16

Et bien sûr pour gagner il faut des pilotes et là, à la surprise générale Peugeot engage un quasi inconnu au de nom de Marcus Gronholm, finlandais of course! Au côté de ce dernier Gilles Panizzi surnommé « Tarmac Master », un homme de la maison Peugeot titré plusieurs fois champion de France avec la 306 Maxi et imbattable sur asphalte (avant l’arrivée de l’extraterrestre Sebastien Loeb). Le choix osé du Finlandais (plus connu jusque-là pour ces sorties de routes) se révèlera rapidement payant, une révélation pour les amoureux du WRC.

Après un année 1999 qui servira à fiabilisé la Peugeot 206 WRC, l’année 2000 confirme le potentiel de la Peugeot 206 WRC ainsi avec cinq victoires lors de cette saison Peugeot s’offre le titre pilote (Gronholm) et constructeur quatorze ans après le dernier titre de la 205 t16.

En 2001 c’est six victoires et le titre constructeur. L’année suivante (2002) Marcus Gronholm reprend le titre pilote perdu l’année et offre le titre constructeur à Peugeot, cette année-là les pilotes de l’écurie sochalienne totalisent 8 victoires sur 14 ( 5 pour Gronholm et 3 pour Panizzi).

Un total de 19 victoires en trois saison, trois titres constructeurs et deux pilotes! Elle devient au même titre que la 205 turbo 16 une championne hors pair et une success-story commerciale devenant le modèle le plus vendu de l’histoire de la marque. La 206 elle est aussi c’est un sacré numéro !!

Cependant l’ultra domination de la 206 WRC se terminera en 2003, avec seulement 4 victoires lors de la saison elle laisse le titre à la concurrence. Une logique vu l’arrêt du développement de l’auto et de sa conception vieillissante. Elle laissera sa place à la 307 wrc qui malheureusement ne connaîtra pas la même réussite.

 

 

 

 

You may also like...

1 Response

  1. Denis dit :

    Elle est était imbattable!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge