L’aventure américaine du lion

A notre époque, il est bien difficile de concevoir qu’il y a une cinquante d’année, il fallait attendre un an pour recevoir sa voiture. Pourtant, cela est vrai, quand un client commandait une 203 ou une 403, sa livraison était effective un an après.

Si je vous parle de ça aujourd’hui, c’est tout simplement pour vous expliquez la situation automobile d’après-guerre, les 30 glorieuses qui furent du pain béni pour les constructeurs automobile français et surtout Peugeot qui n’avait pas besoin de s’internationaliser comme aujourd’hui, à cette époque seul le marché français et ces colonies suffisaient.

Néanmoins, début 1957, la donne va changer, lorsque le gouvernement français de l’époque convoquent les constructeurs automobiles nationaux pour leur demander un effort d’exportation. Et ce, dans le but de rapporter des devises pour soulager les comptes et déficits publics. Concrètement, pour Peugeot cela revient à produire 12 000 véhicules de plus entre 1er avril 1957 et le 31 mars 1958 et exporter deux voitures sur trois.

chasse-tresor-peugeot-403-usa-img

Paul Ramadier, ministre des affaires économiques et financières prévient le constructeur sochalien

« Si vous ne le faites pas, nous faisons toute réserve en ce qui concerne l’attitude des pouvoirs publics vis-à-vis de l’automobile, notamment le taux de TVA, le prix de la vignette, de la carte grise et de l’essence »

Mais comment vendre 12 000 voitures? Face à ce problème, le gouvernement conseille au constructeur sochalien de contacter la Régie Renault pour l’aider à s’implanter au Etats-Unis. Pourquoi là-bas? Parce que Renault est en train d’y vendre 200, 300 puis 400 voitures par jour.

La Régie accepte d’aider le lion, en fixant la cote de la Peugeot 403 à 2200$, en contrepartie, Renault demande au lion 20$ par voiture pour les frais de douane, transport et opération de distribution.

Quant au lion il doit financer l’après-vente au sein des garages Renault et la publicité et pour ce faire Peugeot créer dans la hâte une filiale à New York, Peugeot incoporated.

Mais ce n’est pas tout, avant d’envoyer ces 403, les ingenieurs peaufinent la version US en lui apportant quelques modifications comme un pare-brise triplex, un faisceau électrique renforcée et un ventilateur débrayable compte-tenu des fortes chaleurs dans les états du Sud. Avec un sac de jute sur la calandre, la 403 US à roulé sans chauffer jusqu’au sommet du ballon d’Alsace, la 403 US est donc prête.

En mars 1958 juste avant l’échéance, Peugeot arrive à dépasser le quota de 155 voitures, le ministre est ravi, affirmant même que « Peugeot nous fait une forte impression ».

anciennes-peugeot_403

Les clients américains deviennent vite amoureux des lionnes au point que Renault réclame au constructeur sochalien 1500, 2000 puis 2200 voitures par mois soit presque 10 % de la production. La prochaine arrivée de la 404 et de son cabriolet donne plein d’espoir à la filiale américaine de Peugeot qui pensent en écouler 15 000 exemplaires par an. En haut lieu, l’enthousiasme est plus limitée, on se demande pourquoi les Américains achètent des 403, les dirigeants redoute un effet de mode.

Un sentiment qui se révélera juste car le marché va se retourner aussi vite que les lionnes ont été adulées, un changement du en partie par une serie de défaillance mécanique que subissent les Renault dauphine et Citroën DS.

Dans ce climat négatif pour les automobiles française, Peugeot décide en juin 1961 de faire rapatriée 1740 voitures sur un stock de 5000, tous frais payés par Renault selon les clauses du contrat.

Les modèles son bradés en France, avec pour étiquette « 403 d’occasion, 0 km, type exportation ».

Après une parenthèse, le lion retentera l’aventure avec d’autres modèles, mais sans plus de succès, seul la Peugeot 505 connaitra un petit succès, mais vite plombée par les normes sur les diesel et les mises en conformité pour qu’elles aient le droit de rouler sur les routes de l’oncle Sam.

Comme je l’ai déjà souligné à travers divers articles sur le site, de nos jours la cote des anciennes Peugeot à pris beaucoup de valeur. Si vous avez la chance d’être l’heureux propriétaire d’une 403 version US ou d’un autre modèle, c’est peut-être le bon moment de faire estimer votre voiture.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge