Le Peugeot P4

 

peugeot p4

Le Peugeot P4, un Mercedes Classe G francisé

 

Ce n’est pas la plus connue des Peugeot, ni la plus sexy, mais le Peugeot P4 restera comme l’un des véhicules mythiques de notre armée. Cette Peugeot à la sauce militaire sera pourtant un peu desservie par son nom qui sera source de moquerie, car dans le jargon militaire le terme P4 désigne une personne qui a été réformée pour problème psychiatrique de niveau 4. Drôle de nom pour un véhicule militaire

Je vous rassure tout de suite le Peugeot P4 ne doit pas son nom à une plaisanterie de ces ingénieurs, non son nom vient du faite que le véhicule était le prototype n°4, c’est tout. Techniquement dans le milieu le Peugeot P4 est un VLTT pour Véhicule Léger Tout Terrain

Le Peugeot P4 débute sa carrière dans l’armée française au cours de l’année 1982 en remplacement du vieux Hotchkiss M 201 qui équipait l’armée française depuis les années 50.

Sans rentrer trop dans les détails, l’administration française éprouva beaucoup de difficulté pour trouver un remplaçant au Hotckiss M201. Face à cette problématique, l’administration se tournera vers nos constructeurs nationaux pour qu’ils en développent un, cependant vu le cout exorbitant pour développer ce véhicule spécifique et le faible volume à produire, les constructeurs refuseront.

Pour autant tout ne fut pas perdu et l’état trouva une autre solution, celle de la coopération européenne. En faite l’administration française va pousser les constructeurs nationaux à collaborer avec leur homologue européen dans le but de proposer un véhicule léger tout terrain dans le cadre d’un appel d’offres, surtout que de l’autre côté de nos frontières ce véhicule existait déjà et collait au cahier des charges défini.

– transporter 4 personnes avec leur paquetage et un poste radio

– aptitude à l’aérotransporter et au parachutage

Du coup, Renault reprendra le Nuov Compagnola de FIAT en lui adaptant un moteur de la R20 pour devenir le TRM 500. Chez Citroën on proposera le Wolksvagen Itis qui deviendra C44 (moteur de CX). Quant à Peugeot il reprendra le Classe G de Mercedes pour devenir le Peugeot P4.

Pour la petite histoire, le Mercedes Classe G avait initialement été développé pour le Shah d’Iran, mais la chute de ce dernier mettra sa carrière militaire entre parenthèses jusqu’à ce que Peugeot ne vienne sonner à la porte de chez Mercedes. En 1981 l’administration française choisit le Peugeot P4 qui est préféré en raison de sa conception plus récente.

L’original, le Mercedes Classe G

Prévue initialement pour une commande de 15 000 véhicules, la diminution des effectifs obligera l’armée à réduire sa commande à 13 500 véhicules.

Pour la fabrication du véhicule, le constructeur français et allemand feront moitié-moitié. L’allemand Mercedes fabriquera le châssis, la carrosserie, les trains roulants, Peugeot assemblera les éléments et y rajoutera la motorisation de la Peugeot 504, la boite de vitesse de la 604 et une planche de bord spécifique.

Produite au départ sur le site de Sochaux, la production sera redirigée par la suite chez Panhard dans son usine de Marolles en Hurepoix (1985). Un déplacement de production dû à l’intégration de nouveau modèle sur le site sochalien.

Naturellement de nombreuses variantes verront le jour pour répondre aux besoins des militaires, un blindé le P4 P (pour P4 Protégé) avec différent empattement (2400, 2850 et 3120), le P4 SAS un modèle lourdement armé (avec mitrailleuses) sans oublié les différentes carrosseries, bâchées, tôlées et bennes.

Le P4 en version blindé

Avec mitrailleuses

Des versions entièrement fermées, à empattement normal ou long, servent de voiture de commandement ou d’ambulance. La Gendarmerie utilisera le Peugeot P4 dans bon nombre d’unités, qu’elles soient de la départementale ou de la Mobile.

Livrée au départ en une seule version essence, une version mazout viendra s’ajouter au début des années 90 en reprenant la motorisation diesel de la Peugeot 505 de 76 ch descendus ici à 70 ch. Une adaptation réalisée par Panhard ainsi le Peugeot P4 devient P4D.

Côté mécanique le Peugeot P4 est équipé de 4 ressorts hélicoïdaux, d’une boite de vitesse à 4 rapports,d’un pare-brise amovible, d’un freinage hydraulique assisté par servo frein ( disque à l’avant et tambour à l’arrière), l’arceau central est démontable, de pneumatique de 700×16 et d’une alimentation 24V.

A l’intérieur le confort est minimal, mais en opération le Peugeot P4 pouvait accueillir 2 personnes à l’avant et 6 à l’arrière grâce à 2 banquettes de trois places et c ‘est bien là l’essentielle. Vrai baroudeur, il se révèlera très vite comme un véhicule solide, fiable et terriblement à l’aise sur chemin périlleux.

Mais face à un cout d’entretien de plus en plus élevé, le Peugeot P4 sera remplacé progressivement au cours des années 2000 par le PVP de Panhard pour les opérations militaires et le Land Rover Defender pour les déplacements sur routes.

Pour autant cela ne scellera pas totalement la carrière du Peugeot P4 car de nombreux civils en achèteront au domaine ( des véhicules de l’administration française provenant de l’armée, pompiers, gendarmerie).

Une version civilisée existe, mais elle est plutôt rare du faite que Mercedes interdira Peugeot de la commercialisé, du moins il autorisera le lion à en vendre, mais seulement en Afrique, et encore juste dans les pays liés avec la France. Autant dire que cela ne contribuera pas vraiment à en trouver facilement.

Les versions civilisées présentent de nombreuses différences avec la version militaire. Par exemple, les pneumatiques sont des 215 x 16 ( ald 700×16), la batterie du 12 v (ald 24v), la motorisation diesel développe 76 ch (ald 70), l’essence 83 ch (ald 79 ch) et l’arceau est fixe sur le civil ( démontable sur le militaire), voilà pour les principales différences.

Au final, les modèles que l’on peut croiser sont presque exclusivement de l’armée. En usage civil, le Peugeot P4 n’est pas très à l’aise et sa prise en main plutôt ardue. Pas de direction assistée, un freinage efficace jusqu’à…… 50 km/h au-delà attention à bien anticiper.

Le Peugeot P4 est capable d’atteindre les 120 km/h, mais le hic c’est qu’à partir de 100 km/h le volant se balade, des bruits inquiétants font leur apparition, l’insonorisation du moteur est quasi inexistante, la direction devient très floue et le confort spartiate. J’ai oublié de vous dire qu’à 100 km/h le Peugeot P4 consomme au alentour de 15 l au 100.

Mais l’essentiel est ailleurs, ou plutôt en mode tout terrain où là l’avis des propriétaires est unanime « C’est un engin fabuleux, ça passe partout, c’est solide « 






You may also like...

1 Response

  1. Camalet dit :

    Bonjour
    J ai un très beau Peugeot p4 à vendre il a été reconditionne par un pro en septembre 2015
    Vous pouvez me contacter au 0778633273

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge