Le choix du site de Sochaux (Premier volet de la saga du centenaire de Sochaux)

 

Le site historique du lion fête cette année son centenaire et pour célébrer l’évènement le site sochalien met les petits plats dans les grands et organisera à partir du 15 septembre jusqu’au 15 novembre, un mois de festivité .

Pendant deux mois, l’exposition « M14, l’expo du siècle » prendra place dans un bâtiment d’époque de 6000 m² et retracera en images les valeurs des hommes et des femmes qui ont fait de Sochaux un véritable symbole de l’industrie.

Ce site unique est devenue au fil des décennies le plus grand site industriel de France et le plus vieux du monde ! Pas mal tout de même. Des photos, des objets d’époque et la projection de films constitueront les faits principaux de cet anniversaire unique.Naturellement les Peugeot-mythique y sera présent dès le 15 septembre!

Mais avant de se rendre à cet anniversaire du centenaire unique dans l’histoire automobile revenons ensemble sur les faits marquants qui ont fait de ce site le plus grand site industriel de France. Pour ne pas faire trop long, l’article sera coupé en 3 parties: Le choix de Sochaux, Entre crises et propérités et Sochaux, la ville usine.

Sochaux est tout d’abord le symbole de la réunification de la famille Peugeot, une famille déchirée entre Armand Peugeot et son cousin Eugène à la suite de désaccord sur le potentiel de l’automobile. Pourtant, et malgré les débuts timides de l’automobile Armand Peugeot ce visionnaire atypique avait su entrevoir le potentiel énorme que pouvait représenter l’automobile. Merci Armand !

Atelier montage châssis

Avant Sochaux, Peugeot ce petit constructeur construisait ces automobiles à Beaulieu non loin de Sochaux mais l’engouement croissant pour les véhicules à moteur satura rapidement le petit site de Beaulieu qui faute de place ne peut s’agrandir. Alors, Robert Peugeot (l’initiateur de la réunification) va en profiter et transformer en profondeur l’outil industriel pour faire face aux nouveaux challenges que représente l’automobile.

Et pour démarrer sa vision d’avenir Robert Peugeot à besoin d’un lieu  vaste pour y construire sa nouvelle usine. Son choix s’arrête sur la ville de Sochaux qui offrent plusieurs avantage: le prix des terrains, la superficie (15 hectares), la proximité avec Beaulieu et Valentigney mais aussi … la main d’oeuvre!

Les travaux débute en 1911 pour devenir opérationnel en 1912 cependant les ateliers ne sont pas légion, un atelier de forge et fonderie puis une unité de montage de camion et d’outillage viennent former le nouvel ensemble. De plus l’implantation de ces unités n’ont pas été réalisée par hasard, elle s’inspire clairement de l’industrie américaine où l’intégration et la maitrise des flux sont les conditions d’existence.

Atelier-de-mécanique

Fabrication d’obus pendant la première guerre mondiale

Au début à Sochaux on est encore loin d’être un fleuron de l’industrie certes, on y construit des camions mais, pour l’essentiel ce sont des pièces pour les autres usines. Puis Robert Peugeot imagine d’aller plus loin et de faire du site de Sochaux, le grand Sochaux mais voilà pour y parvenir il lui manque le principal l’atelier montage, celui qui permettra au lion de passer à la grande série et de changer de dimension.

Cette dernière doit accueillir les techniques les plus modernes qui se fait de l’autre côté de l’Atlantique chez les Américains à Detroit plus exactement, une chaîne capable de produire jusqu’à 100 voitures par jour! Un projet qui débutera en 1924 pour devenir totalement opérationnel en1928.

Atelier d’emboutissage

Cependant, pour financer le projet du grand Sochaux (72 millions de Francs dont 33 pour le seul atelier de montage) la famille se voit confronté à un énorme difficulté, trouver de l’argent! Car, les banques secouer par la crise de Wall Street et frileuse sur l’avenir de l’automobile ne sont pas enclin à prêter de l’argent et la famille ne peut à elle seul se substituer aux banquiers aux risques de faire banqueroute.

Alors pour ne pas abandonner le projet, la famille s’adressera au financier Lucien Rosengart qui lui prêtera à 2%…. plus haut que les banques malheureusement, la famille Peugeot n’a guère de choix.

Atelier de montage-ponçage-

Alors les travaux s’achève maintenant il ne lui manque plus qu’un modèle à produire sur ces chaines ultra-moderne. Hasard ou pas c’est à ce moment-là que les bureaux d’ingénieurs viennent d’inventer la Peugeot 201 et c’est tout naturellement que les dirigeants se tournent vers Sochaux pour y produire ce nouveau modèle.

De plus d’inaugurer la nouvelle chaine de montage, la 201 devient le premier modèle à utiliser le système de numérotation et la production en grande série. Avec plus de 140 000 exemplaires produit, le site et l’entreprise change de dimension, une nouvelle ère s’ouvre, la petite entreprise familiale à vécu……

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge