Entre crises et prospérités (second volet de la saga du centenaire de Sochaux)

 

Le site historique du lion fête cette année son centenaire et pour célébrer l’évènement le site sochalien met les petits plats dans les grands et organisera Lire la suite à partir du 15 septembre jusqu’au 15 novembre, soir deux mois de festivité .

Pendant deux mois, une exposition « M14, l’Expo du siècle » prendra place dans un bâtiment d’époque de 6000 m² et retracera en images les valeurs des hommes et des femmes qui ont fait de Sochaux un véritable symbole de l’industrie.

Ce site unique est devenue au fil des décennies le plus grand site industriel de France et le plus vieux du monde ! Pas mal tout de même. Des photos, des objets d’époque et la projection de films constitueront les faits principaux de cet anniversaire unique.Naturellement les Peugeot-mythique y sera présent dès le 15 septembre!

Mais avant de se rendre à cet anniversaire du centenaire unique dans l’histoire automobile revenons ensemble sur les faits marquants qui ont fait de ce site le plus grand site industriel de France. Pour ne pas faire trop long, l’article sera coupé en 3 parties: Le choix de Sochaux, Entre crises et prospérités et Sochaux, la ville usine.

Né deux ans avant la première guerre mondiale, le site de Sochaux va connaitre vingt ans plus tard sa deuxième guerre alors, que l’usine est en plein boum avec sa 402 et sa ligne fuseau. Rapidement, le site de Sochaux est contrôlé par l’occupant Allemand qui comprit très tôt l’enjeu stratégique que pouvait représenter le site.

Néanmoins, la famille Peugeot pu rester aux commandes de l’entreprise  mais, sous surveillance d’un certain Ferdinand Porsche. L’outil de production étant réservé pour les besoins de l’armée allemande.

Pour autant pas question de subir, en coulisse les dirigeants avec l’appui d’ouvrier résistant réalisaient des opérations de sabotage dans le but de ralentir le plus possible la production. Après la libération, l’usine est dans un piteux état car, bombardé partiellement et dépouillé de son outil industriel, la famille sera dans l’incertitude quant à un éventuel redémarrage.

L’atelier de carrosserie après guerre

Mais baisser les bras n’est pas dans le tempérament des dirigeants sochalien alors, pour relancer le plus rapidement le site à ces heures où le pays aura besoin de tout, les dirigeants partiront à la recherche des machines volées au quatre coin de l’Europe.

Grâce aux hommes et femmes de Sochaux, le lion présentera dès 1948 sa petite dernière: la Peugeot 203 avant d’enchainer avec des modèles mythique tel que les 403, 404, 504, 205. Tout naturellement les effectifs vont gonflés jusqu’à compter à la fin des années 70, 39 000 salariés. ( actuellement 12 000 cdi et 2000 temporaires).

Le site de Sochaux avait une particularité, celle de se situer des deux côtés de la route nationale de Sochaux. Durant des années, un complexe système de convoyeur fera transiter les éléments des voitures de part et d’autre de la route nationale. Après de longues négociations l’Etat accepte en 1973 de céder la portion traversant le site. Fait rarissime à l’époque, une route nationale est rayée de la carte.

Déviée la rivière

Alors que le site retrouve une cohérence, la constante augmentation des volumes sature le site qui a besoin d’espace pour grandir et construire de nouveaux ateliers. Des terrains il y en a mais, ils sont inondables du fait de leurs proximité à la rivière de l’Allan, en quelque sorte la rivière gène.

Alors, pour palier à ce problème qui devient un frein à son développement, il est décidé en 1985 en accord avec la région de dévié la rivière. Des travaux qui dureront deux ans pour un coût de 153 millions dont 127 qui seront subventionné par l’état et les collectivités locales. Maintenant le site de Sochaux s’étend sur 256 hectares, tout a été grignoté.

Mais voilà toucher à dame nature n’est pas sans conséquence et en février 1990 l’Allan sortira de son lit et viendra inonder la ville et le site qui perdra 12 000 voitures.  La colère de l’Allan passé, la solidarité des hommes et des femmes de Sochaux aidée par ceux de Mulhouse, Poissy et Vigo feront que l’outil industriel repartira rapidement.

Inondation de Peugeot Sochaux en février 1990

On comptera jusqu’à 90 cm d’eau dans les ateliers. Ici celui de mécanique

 

Maintenant que Sochaux dispose de terrains constructibles, les dirigeants lance un chantier colossale de sept ans qui débouchera sur de nouveaux bâtiments ultra moderne dans le but d’améliorer les cadences et de modernisé les méthodes de travail, un chantier qui leurs coutera la bagatelle de 3,5 milliards de Francs.

Puis c’est au tour de la grêle en 2010 de venir se déchainer sur l’usine. En moins d’un quart d’heure d’énormes grêlons s’abattront et feront d’énormes dégâts matériels essentiellement à l’emboutissage.

Soucieuse de l’environnement

Au fil des décennies et des crises (crise pétrolière, crise des années 80, etc…), le lion de Sochaux à su grandir, se transformer et se diversifier pour répondre aux exigences et aux tendances commerciale.

Le site est également soucieux de son impact sur l’environnement et s’est engagé depuis 1999 dans une démarche environnementale afin de diminuer son empreinte écologique en sensibilisant son personnel au tri sélectif, ce qui à permis au site de diviser par 4 le nombre de ces déchets non-valorisables. Son impact sur la consommation d’eau à elle aussi fortement diminué en la divisant par 5 en dix ans.

Pour aller plus loin dans cette démarche, elle installe en 2010, 9300 m2 de panneaux solaires de 1400 Kw sur le parking de son personnel, des panneaux capables d’économiser 450 tonnes de Co par an, une implication qui lui vaudra la certification ISO 14001.

9300 m2 de panneaux solaires sur le parking du personnel PSA

La fin des années 2000 voit le site fêter plusieurs événements, tout d’abord en 2008 avec la 50 millionième Peugeot (tout sites Peugeot confondus) avant de produire sa 20 millionième voiture en 2010. Cette 20  millionième auto qui est une 5008 de couleur blanche fut offert à la Fédération Protestante d’Haïti (qui  l’emploiera comme bus scolaire pour les enfants d’orphelinats de Port-au-Prince) Un petit geste pour aider un pays durement touché par un terrible tremblement de terre.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge